L’or et l’impôt

By Robert Robillard - 18 November 2016

Le métal jaune a récemment connu une période haussière et ensuite baissière… Plutôt volatile ce “placement”…

Possible que certains épargnants envisagent maintenant une position dans ce véhicule décidément plus lourd et dense que les actions boursières.

Or dans le CELI? Possible.

Or dans le REER? Aussi.

Mais dans les deux cas, la nature de ces véhicules fiscaux de placements oblige à faire appel au fiduciaire qui seul pourra détenir, dans ce cas-ci entreposer, ce placement quelque peu pesant.

La règle d’or en la matière, jeu de mot facile, veut donc que l’épargnant se tourne plutôt vers les fonds négociés en bourse (FNB) de tout acabit (ETF en anglais) qui suivent étroitement le cours de l’or.

La liste est longue en acronymes: GLD, MNT, IGT, etc…

Hors du REER ou du CELI, il est évidemment possible de se procurer directement le métal sous forme de lingots ou de pièces de monnaie, généralement sans que la TPS/TVH et la TVQ ne soient applicables, à moins d’en faire le commerce…

Les pièces de collection sont une autre possibilité mais pour les plus sophistiqués.

Au final, on retiendra que ces transactions donneront lieu au gain (ou à la perte) en capital lors de la disposition, comme tout autre placement.

En REER, l’imposition de ces gains ou pertes sera “reportée” au moment du retrait. En fait plutôt ils seront plutôt considérés comme un revenu pleinement imposable.

En CELI, l’exemption sera complète…


Pour recevoir les billets par courriel, abonnez-vous dès maintenant :