Le budget personnel écrabouillé sous les taxes et les impôts

By Robert Robillard - 24 August 2016

poissons

Éditorialiste, il faut en convenir, tel est néanmoins le dur constat offert par le Fraser Institute sur la facture fiscale moyenne acquittée au Canada (et au Québec) en 2016.

Ce rapport, produit annuellement, est disponible sur cet hyperlien (en anglais) : https://www.fraserinstitute.org/studies/taxes-versus-necessities-of-life-canadian-consumer-tax-index-2016-edition 

Depuis 1961, les taxes et les impôts ont augmenté plus rapidement en dollars réels et nominaux que tout autre dépense.

Au Canada, le jour de la “libération fiscale” (Tax Freedom Day) était le 7 juin 2016, au Québec le 13 juin.

Selon les orientations politiques adoptées, il existe bien sûr de nombreuses raisons pouvant justifier un niveau de taxation relativement élevé.

La facture moyenne représente maintenant 42,4 % du budget total du “contribuable”, calcule le Fraser Institute.

Mais tant qu’à être pamphlétaire, n’empêche qu’au regard des résultats obtenus depuis une cinquantaine d’années, à commencer par les spectaculaires inégalités de la répartition de la richesse, il serait grand temps de s’interroger sur l’efficacité de plusieurs des politiques actuellement en place.

Un regard sur la ridicule complexité du régime fiscal, tant pour les particuliers que les entreprises, ne ferait pas de tort, on vous le dit.

Dans l’état actuel des choses, les taxes et les impôts se comparent avantageusement à un gros fromage gruyère, en croissance perpétuelle.

Les intérêts particuliers y sont constamment alimentés, au nom de la classe moyenne, tandis que ce sont plutôt les plus sophistiqués et les mieux informés qui voguent allègrement dans les trous du fromage.

Et cela n’a absolument rien à voir avec la polémique sur les “paradis fiscaux”, une vulgaire démagogie fiscale, s’il en est une.

Commençons par faire le ménage chez nous avant de se plaindre de la poussière dans les bibliothèques du voisin.

Activites-formation-fiscalite-RBRT-Concepts