L’impôt du futur, la saucisse et le fiscaliste

Par Robert Robillard - 10 novembre 2016

poisson-3

« L’avenir est dans le futur », proclamait Claude Ruel, dit « Piton », le plus sérieusement du monde.

En impôt aussi.

En effet, le Canada dans la foulée de la plupart des pays industrialisés s’affaire, lentement mais sûrement, à mettre en place une plateforme Internet qui permet déjà la déclaration de revenus quasiment automatique pour bon nombre de « contribuables ».

Disparition annoncée, éventuelle, du logiciel d’impôt annuel?

Possible, peut-être.

Mais le revenu d’entreprise, hautement probabiliste, se prête mal à ce genre d’exercice d’uniformisation et de standardisation.

Pour l’actionnaire-dirigeant, ce n’est donc pas demain la veille. Pas plus que pour le travailleur autonome.

Depuis trop longtemps, associe-t-on le logiciel d’impôt à la production « en série » de la déclaration de revenu.

Certes, fiscaliste rime avec saucisse, plus ou moins en tout cas…

Sauf qu’en affaires, quand vient le moment de s’en occuper (de ses affaires fiscales), vaut mieux oublier le logiciel hot-dog et lire notre blogue.

Après tout, Piton nous disait aussi : « y’en aura pas de facile »…


Pour recevoir les billets par courriel, abonnez-vous dès maintenant :